Laisser un enfant seul à la maison est une question que tôt ou tard les parents doivent se poser. Plusieurs motifs peuvent les conduire à prendre une telle décision, pour ne citer qu’une panne de baby-sitter, ou tout simplement dans l’objectif d’apprendre à l’enfant à devenir plus autonome et plus responsable. Que faut-il donc retenir dans une telle situation ?

À quel âge est-ce possible ?

L’âge est le premier critère que les parents doivent prendre en considération lorsqu’ils prévoient de laisser leur enfant seul à la maison, pour une quelconque raison. Malheureusement, la loi ne se prononce pas sur l’âge minimum légal pour laisser un enfant seul à la maison et sans surveillance. Pour réussir à passer ce cap en toute sérénité, les parents doivent donc se pencher sur certains paramètres, pour ne citer que le degré de maturité et de responsabilité de l’enfant, les pièces de la maison et les espaces extérieurs où il passera la plupart de son temps lorsqu’il restera tout seul, la durée et la fréquence à laquelle il sera « livré à lui-même », ainsi que la présence ou non d’enfants ou de voisins qui pourront venir à son secours en cas d’urgence. À noter qu’un enfant entre dans l’âge de raison vers 7 ans.

Procéder par étapes

Pour des raisons de sécurité, laisser un enfant seul à la maison ne se fait pas du jour au lendemain. Les parents et l’enfant doivent s’y préparer de manière progressive, en commençant par exemple par une absence d’une demi-heure, puis d’une heure et ainsi de suite, afin de mieux aborder la question de la solitude. Les parents doivent ensuite prévoir quelques balises qui mettront l’enfant en confiance, en lui fournissant par exemple les numéros de téléphone à composer en cas de besoin. Il ne faut pas non plus oublier de l’informer des interdits. Donnez-lui également des consignes et des idées pour éviter qu’il se retrouve dans l’oisiveté : lire un livre, regarder un DVD ou faire ses devoirs pour mieux occuper son temps durant votre absence.

Les absences nocturnes

Tôt ou tard, un enfant sera amené à rester seul à la maison la nuit, en l’absence des parents. Une telle situation ne peut en aucun cas être envisagée que lorsque l’enfant en question est habitué à vos absences en journée. Sachez en effet que la nuit peut changer beaucoup de choses et l’enfant peut facilement perdre ses moyens et sombrer dans la panique en cas de problème. L’expérience risquerait par la suite d’être traumatisante. Pour réussir cette expérience, procédez donc par étapes, comme pour les absences en journée.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici