Tandis que les livres légendaires de Lan Fleming décrivent l’espion le plus célèbre du monde, James Bond, pratiquement infatigable dans sa poursuite des femmes, mais en réalité, Bond aurait presque certainement été incapable de donner naissance à un enfant. Selon toutes les estimations, sa consommation moyenne de quatre verres par jour aurait entraîné une panne totale de la fonction sexuelle et de la cirrhose alcoolique bien avant qu’il ne fasse équipe avec Ralph Fiennes.

La consommation chronique excessive d’alcool peut potentiellement affecter tous les aspects de la fertilité chez l’homme. Ces hommes ont généralement une libido dépressive.

Comment les choses se présentent ?

Le mécanisme de base par lequel l’alcool affecte le sperme consiste à modifier les voies hormonales. En termes simples, l’hypothalamus dans le cerveau sécrète normalement une hormone, la GnRH (hormone de libération des gonadotrophines), qui contrôle la glande pituitaire qui est la glande endocrine maîtresse de notre cerveau. 

Voici les effets de l’alcool :

L’hypophyse chez l’homme libère deux hormones essentielles à la fonction testiculaire. Ce sont les hormones stimulant le follicule (FSH) et l’hormone lutéinisante (LH). Dans le testicule, la FSH est responsable de la production de spermatozoïdes à partir des tubes séminifères, tandis que la LH induit la production d’hormone de testostérone à partir des cellules de Leydig.

L’impact de l’alcool

Bien que l’impact de la consommation excessive d’alcool sur tous les aspects de la sexualité masculine soit clair, l’impact de petites quantités d’alcool dans la vie sociale sur la fertilité est beaucoup moins clair. De l’avis de tous, la consommation sociale occasionnelle n’a pas d’incidence négative sur la fertilité ou la fonction érectile de l’homme. Donc, une cheville ou un verre de vin devrait convenir.

Presque toute l’attention relative à la consommation d’alcool et à la fertilité s’est jusqu’ici concentrée sur les hommes. Cependant, il existe des preuves suggérant que les femmes qui boivent ont moins de chances de réussir les traitements contre l’infertilité.