Des rats mâles et femelles dont la mère a été exposée à une infection virale simulée au cours de la grossesse se comportent anormalement, ce qui correspond à des changements comportementaux de l’autisme ou de la schizophrénie, selon une étude de l’université de la Saskatchewan.

La recherche a révélé que de jeunes rats adultes exposés à une infection virale spécifique présentaient un comportement anormal, suggérant des modifications cérébrales spécifiques dans l’utérus. La recherche effectuée par le professeur de psychologie, John Howland, à la faculté de médecine, suggère que l’infection durant la grosse change le développement du cerveau des enfants et peut prédisposer aux maladies psychiatriques, y compris la schizophrénie.

D’autres études ont prouvé ces faits

Les résultats d’Howland sont cohérents avec les études humaines établissant un lien entre l’exposition à l’infection dans l’utérus et l’augmentation du nombre de troubles psychiatriques, notamment l’autisme et la schizophrénie.

Voici comment se protéger pendant cette période :

Des études antérieures ont montré que les bébés dont les mères avaient été exposées au virus de la grippe au cours de la première moitié de leur grossesse risquaient davantage de développer une schizophrénie plus tard dans la vie.

Les effets des infections durant la grossesse

La schizophrénie, une maladie psychiatrique grave, affecte environ 1 % de la population. Le risque de développer la maladie à l’âge adulte peut atteindre 3 % chez les mères dont la mère a contracté la grippe au cours de la première moitié de leur grossesse.

Des tests approfondis sur des rats ont montré que la progéniture du jeune adulte avait une mémoire de travail réduire et une réponse à la peur altérée, suggérant que certains aspects de leur cognition avaient été affectés. Ils étaient également moins sociables avec d’autres rats par rapport à ceux dont les mères n’avaient as été traitées pendant la grossesse.