Trois femmes réfléchissent à ce qu’elles ont appris en étant élevée dans un ménage avec une mère qui travaille. Dans son enfance, Claire Valoti aidait parfois dans l’entreprise familiale à Londres. Travaillant aux côtés de ses parents, elle avait notamment pour tâche de nettoyer les éviers dans leur hôtel familial.

Maintenant, en tant que vice-présidente internationale de Snap, la société mère de Snapchat, une application de messagerie, elle réfléchit à la séparation entre le travail et la maison. Elle pense que son éducation l’a permise de réaliser qu’il est tout à fait possible pour une femme de réaliser professionnellement.

Les choses ont bien évolué

Ses deux filles ne viennent pas sur son lieu de travail. Avec sa vie et celle de ses filles, il y a eu une grande différence. Par ailleurs, le nombre de mamans qui travaillent actuellement est encore relativement faible.

Voici la vie d’une mère qui travaille :

Sa mère, Martine Valoti, qui dirige un hôtel avec son mari depuis 1980, est assise à ses côtés au siège social de Snap à Soho. Selon elle, la notion d’équilibre travail et vie personnelle est compliquée si votre maison est aussi votre lieu de travail. Martine Valoti a expliqué qu’elle était habituée à travailler.

Comment les mères influencent leurs filles ?

Jill Armstrong est chercheuse à l’université de Cambridge intitulé « Comment les femmes de carrière influencent leurs filles ». Elle a dit que pour les filles, il y a beaucoup d’influence. D’ailleurs, les filles suivent souvent les traces de leurs mères. Selon ses recherches, les filles ayant des mères avec une carrière apprennent que le monde professionnel est enrichissant.

Malgré la tendance des femmes à se concentrer sur les difficultés d’équilibre entre travail et maternité, Mme Armstrong a constaté que toutes les filles se sentaient bien maternées. Cela était dû au faut que leurs mères étaient présentes mentalement et émotionnellement  dans leurs vies.