Accueil Femme Les désagréments possibles après l’accouchement

Les désagréments possibles après l’accouchement

0
18

Ça y est, votre bébé est là ! Mais cet événement n’est pas venu seul, votre accouchement peut aussi avoir son lot de désagréments.

Vos seins et vous, une histoire douloureuse

Si vous avez opté pour l’allaitement au sein exclusif, la montée de lait revêt une importance vitale. Il se peut qu’elle soit accompagnée d’une vive douleur, de picotements ou de tiraillements. Dans ce cas, allaitez votre bébé assez souvent. Un léger massage des seins peut aussi vous soulager.

La douleur peut également être au rendez-vous si vous tétons présentent des crevasses ou des gerçures. Chaque tétée devient alors un calvaire. Votre propre lait, que vous appliquez sur les tétons en adoptant un massage circulaire, constitue une solution pratique et naturelle. Une crème spécifique, conseillée par votre médecin ou le pharmacien, vous sera d’un grand secours.

La constipation et vous, l’histoire continue

Vous avez peut-être souffert de troubles digestifs. Malheureusement, l’accouchement n’y met pas toujours un terme. La progestérone continue à agir en rendant les intestins peut enclins à fonctionner normalement. Pour réaliser un massage des intestins sans aucun risque pour les fils de votre épisiotomie (si vous y avez eu droit), rentrez puis détendez votre ventre en une série de dix mouvements. Au moment de détendre le ventre, soufflez profondément pendant une dizaine de secondes. N’hésitez pas à faire cet exercice plusieurs fois par jour.

Le baby blues, déjà une remise en question de vos capacités en en tant que mère

Vous ne tenez votre bébé dans vos bras que depuis quelques heures, vous regrettez déjà les moments où il était bien au chaud dans votre ventre. Vous vous posez des questions pour savoir si vous pourrez assurer votre nouveau rôle de mère. Ce ne sont que quelques-unes des idées qui vous traversent l’esprit en cas de baby blues. En plus des idées noires et de l’anxiété, vous vous sentez aussi assaillie par la fatigue, l’hypersensibilité. Cet état ne dure heureusement que deux ou trois jours, tout au plus une semaine. Dans le cas contraire, il est toujours préférable de s’adresser à un professionnel.


AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici